Français Rubrica Psicoanalisi

Pubblicato il 21 novembre 2006 | di

0

Délire, rêve, hallucination : une interpétation de “La Gradiva” de Jensen

-- Condividi "Psicoanalisi e Scienza" sui tuoi social --

Vai alla versione italianaGo to the English version!

Comme il est notoire, dans la Gradiva de Jensen qui passionna tant Freud 1 , le protagoniste, l’archéologue Norbert Hanold, effectuant une visite dans un musée de Rome, découvre un bas-relief qui le frappe au point d’éprouver le désir de se procurer une copie en plâtre de cette œuvre afin de l’emporter chez lui.  Sur ce bas-relief est  représentée une jeune femme qui marche avec tant de grâce naturelle qu’elle semble réellement transmettre la vie à cette image de pierre.  Une attraction obsessionnelle vers cette figure de pierre commença à se manifester dans l’esprit de Norbert, un intérêt que lui-même reconnut aller au-delà de la curiosité professionnelle, il donna à ce personnage le nom de « Gradiva » « celle qui avance ».

Gradiva di JensenPeu de temps après, il fait un rêve qui l’angoisse : il se trouve dans l’antique ville de Pompei justement au moment où le Vésuve en pleine éruption va détruire la ville.  Dans le rêve de Norbert apparaît Gradiva devant lui et Norbert a dans l’idée (qui puis est décisive pour la structuration du délire), queGradiva était pompéienne  et que tous deux avaient vécu d’une manière contemporaine dans l’antique Pompéi.
Gradiva, qu’il n’a pu prévenir, fut ensevelie par les cendres.  La compulsion de répétition est diaboliquement incontrôlable.  Ne réussissant pas à abrêverce rêve, il est possédé par le délire.  Un seul sujet envahit son esprit : « le problème de savoir de quelle essence peut être composée l’apparence corporelle d’un être comme la Gradiva qui est à la fois morte et vivante même si elle n’était vivante que durant l’heure méridienne des esprits ».  C’est elle-même qui apparaît dans son rêve pour le guérir, utilisant, souligne Freud, des processus qui ressemblent énormément à ceux de la psychanalyse.  A la fin, Norbert reconnaît en elle Zoe Bertgang, la gracieuse voisine qui fut un temps sa compagne de jeux alors qu’il était enfant et pour qui ses sentiments se transférèrent de la femme de pierre à la femme de chair, rompant le cercle du délire.
L’opération d’abrêvation est une fonction psychique avancée par Silvio Fanti et décrite de la façon suivante dans le Dictionnaire de psychanalyse etmicropsychanalyse : « abrêvationcomplète  le travail du rêve en métabolisant psychiquement ou somatiquement les « restes » nocturnes »2
Les restes nocturnes, ainsi que nous le savons, sont les résidus inconscients représentationnels-affectifs de la réactivation des désirs utéro-infantiles qui advient dans l’état de sommeil-rêve.
Je crois que vous apparaît clairement l’attraction pour le splendide récit de Jensen : l’on évoque un important trauma qui plonge dans le passé, représenté littérairement par le cataclysme de Pompei que l’on tente inconsciemment de réactualiser pour changer le cours des événements.  La Gradiva est la Statue errante, le Sphinx, la Vision qui capture toutes les énergies vitales de Norbert.  La guérison intervient au moment où le psychisme du protagoniste réussit à échapper à l’emprise de la statue (c’est-à-dire du délire) et à s’actualiser dans le présent, mettant fin au remous du passé.  Un passé qui  très souvent a les traits d’un esprit errant, d’une entité inquiète.

fantasmaC’est justement par un fantôme errant, celui de la mère, qu’était persécuté un jeune homme porteur, au moment de la première observation, d’un grave délire de persécution.  Le jeune souffrait d’une hallucination qui le tourmentait: la perception du fantôme de la mère décédée alors qu’il avait deux ans, qui l’épiait et lui apparaissait dans les situations les plus diverses: un tourment qui l’avait poussé au bord du suicide.  En réalité, la profonde analyse du cas avait démontré que le jeune avait manifesté dans sa première enfance une très grave forme de dépression anaclitique selon Spitz, provoquée par le décès précoce de la mère, et protégée partiellement par une position psychotique de déni de la perte: la position paranoïaque, comme cela se produit souvent, était une défense contre un dérapage vers une position dépressive mortifère.   A travers un long travail d’analyse  il réussissait enfin à prendre conscience de la perte de sa mère, à élaborer le deuil et à pouvoir établir une relation satisfaisante sur le plan sexuel-affectif avec une jeune femme.
Le traitement psychanalytique avait favorisé le dégagement de l’image de la mère-zombie errante qui le persécutait et constituait non seulement une persécution intolérable mais également une défense et une amélioration spectaculaire sur le plan de la vie sociale ayant mis à nu la structure du conflit qui aboutissait comme c’est souvent le cas, dans les vicissitudes phylogénétiques de la personne.  La description minutieuse du cadre de référence généalogique du cas a déjà été exposée dans mon rapport « Transmission trans-générationnelle de l’Image avec références particulières à la déterminante phylogénétique de la paranoïa » à laquelle je renvois le lecteur ; il m’importe aujourd’hui de mettre en exergue la tournure libératoire du cas qui permet au jeune de « sortir » de sa psychose et met un terme aux phénomènes hallucinatoires, comme exactement cela s’est produit pour « La Gradiva » cela s’explique avec l’analyse d’un rêve que le  jeune m’a exposé durant la séance, avec en plus une photo encadrée représentant sa mère (une version moderne d’un bas relief !), photo que le jeune avait conservé jalousement sur sa table de chevet durant de nombreuses années.  Le contenu manifeste du rêve en synthèse est le suivant :

– « Je suis dans mon lit, mon grand-père arrive, il veut reprendre sa place.  Moi je dois aller à la radio et lui reprend sa place.  Je suis au lit, vous êtes assis, vous me faites une séance et vous étiez à la place de la photo de ma mère dans le cadre que je vous ai apporté (cela s’appelle le transfert !).  Je me vois demander une information sur un endroit à quelqu’un, et je pense qu’il est très étrange que je me sois perdu.  Finalement j’arrive à la gare.  Je vois plusieurs chiens blancs (une meute de chiens blancs) mais moi je dois aller sur ma route » (c’est-à-dire qu’il doit se dégager de la meute de chiens).

Voilà un court extrait du matériel associatif qui vient spontanément produit au cours d’une séance de quatre heures sur ce rêve : « C’est comme si chacun devait reprendre sa place …. Chaque pion  retourne à sa case.  C’est comme si dans ma vie je devais assister de nouveau à l’agonie de ma mère, celle de son père, la haine de ma grand-mère abandonnée… Je parlais de l’Image; cette image me tourmente et j’ai l’impression que je doive mettre toutes mes forces à son service.  Moi je fais tout ce qu’il m’est possible de faire pour « entrer » dans cette photo ».  Je l’agrandi au maximum de mes possibilités la projetant avec un épiscope.  Il pleure :« Depuis qu’elle ne bouge plus, elle ne remue plus en moi… Moi j’occupais une place qui n’était pas la mienne… mon grand-père voulait à nouveau sa place que j’occupais, moi… j’avais créé ce qui m’avait créé  moi-même, je cherche à prendre ma place à la radio… Puis j’arrive à une station – (il  hurle) je suis une station, je suis un point immobile, non un météore qui erre dans l’espace.  Je ne peux plus retourner en arrière ; j’ai franchi un mur ; je me suis planté ! »

AttualizzazioneA travers l’analyse de ce rêve l’analysé réussit à s’actualiser, à trouver finalement la place qui lui revient dans l’existence, pendant que les images de ses ancêtres retrouvent leur place dans leur sacellum ; « La Gradiva » est un rêve à déstructurer l’équilibre psychique du protagoniste (défaut d’abrêvation) et c’est toujours le métabolisme onirique qui rétablit l’homéostase.  Comme dans «La Gradiva » de Jensen le cataclysme éruptif  représente  un refoulement catastrophique qui ensevelit tout et réduit tout à l’oubli, l’analysé avait enterré la mère non dans le monde des vivants mais dans le monde des ombres, d’où à travers un cycle elle reprenait vie dans le cours du périple onirique.  Il faut dire également que la perte de l’objet au cours de la période de la mère fusionnelle est vécue en fait comme la fin du monde et déclenche souvent un renoncement substantiel à la vie qui s’exprime dans le syndrome de dépression anaclitique selon Spitz.
Suivant ces dynamiques, les vérifiant sans cesse au cours du travail généalogique, je suis parvenu progressivement à une vision du syndrome paranoïa qui m’induit à l’interpréter comme un défaut d’actualisation du psychisme humain qui continue à être rapporté à l’arbitre de l’Image qui dicte, d’une façon anachronique et répétitive, la modalité ontogénétique de l’existence.  Chez des sujets porteurs d’une structure semi-autiste – ce qui était justement le cas du jeune en question, des îlots où tout est possible, où règne l’animisme des ancêtres de la première origine et où les morts parlent avec les vivants, sortent des rêves où habitent des images sans temps, « les Eternautes » comme Nicola Peluffo les définit de manière efficace, images qui donnent lieu à des phénomènes pseudos-hallucinatoires ou franchement hallucinatoires.

virosiDepuis des années je compare la paranoia à une virose dans laquelle l’agent infectieux est l’Immagine prise dans le sens micropsychanalytique comme software transgénérationnel/représentationnel-affectif qui utilise l’hôte ontogénétique pour recréer les conditions d’un trauma qui se noie dans la phylogénèse et qui nécessite plusieurs répliques pour être abréagi.  Ceci explique entre autres la fréquence des vécus de possession ou du délire d’influence dans les psychoses paranoïaques : le paranoïaque est effectivement un être possédé par les messages de l’image qui se transmettent à travers une activité onirique non suffisamment abrêvée ; c’est un haut parleur qui tente désespérément, sans y réussir, de se transformer en centre émetteur…
Le lien évident entre rêve non abrêvé et délire était du reste déjà évident dans les recherches de Freud.

Déjà, dans « L’Interprétation des Rêves » Le Maître rappelait que: « … au déroulement rapide de la représentation dans le rêve, correspond à la fuite des idées dans la psychose. Dans les deux cas le temps n’a plus de mesure. Le clivage onirique de la personnalité qui distribue par exemple le propre savoir sur deux personnes différentes, pour lesquelles dans les rêves une, celle étrangère corrige le Moi, équivaut vraiment à la scission bien connue de la paranoïa hallucinatoire ; même ceux qui rêvent écoutent les propres pensées exposées par des voix étrangères. Il existe une analogie également pour les idées fixes délirantes : les rêves pathologiques qui se renouvellent d’une façon stéréotypée (rêve obsédant). Il n’est pas rare qu’une fois guéris d’un délire, les malades avouent que durant toute la période de leur maladie ils avaient l’impression d’avoir un rêve, souvent non désagréable qui au contraire, racontent-ils parfois, leur donnait l’impression d’être seulement prisonniers d’un rêve comme cela arrive souvent dans le vrai rêve»3

Ecrit par: Quirino Zangrilli © Copyright

Traduction de Liliane Salvadori

Vai alla versione italianaGo to the English version!

Extrait du rapport présenté au Congrès “Délire et Hallucination” qui s’est tenu à Capo d’Orlando les 10 et 11 Novembre 2006.

Notes:

1 – S. Freud, Il delirio e i sogni della Gradiva di Wilhelm Jensen, Opere, Vol. 5, Boringhieri, Torino, 1975. 
2 – Silvio Fanti, Dizionario di psicoanalisi e micropsicoanalisi, def. n° 310, Borla, Roma, 1984. 
3 – S. Freud, L’interpretazione dei sogni, Opere, Vol. 3, 1899. 


-- Condividi "Psicoanalisi e Scienza" sui tuoi social --


Tags: , , , ,


Notizie sull'Autore

Zangrilli Quirino

Il Dott. Quirino Zangrilli nasce a Fiuggi nel 1955. Laureato con Lode in Medicina e Chirurgia nel 1980, pratica la Psicoanalisi, con modalità intensiva, dal 1982. E' autore di 61 tra libri e pubblicazioni scientifiche.
Ha partecipato in qualità di relatore o di presidente di sessione a numerosi Convegni scientifici nazionali ed internazionali.
Il suo libro "La vita: involucro vuoto", pubblicato da Borla nel 1993, è in adozione dal 1994 presso la Cattedra di Psicologia Dinamica dell'Università di Torino.
Nel 1994 gli viene assegnato il "Premio Nazionale Ciociaria per la Medicina".
E' l'ideatore e fondatore della rivista multimediale "Psicoanalisi e Scienza", la più seguita rivista di psicoanalisi on line al mondo in lingua italiana (Fonte: Entireweb, Alexa, Google, Virgilio, Arianna., etc.).
Nell'anno 2001 completa la sua formazione in Omeopatia.
E' membro della Società Italiana di Omeopatia e Medicina Integrata.
Nel 2012 partecipa come Relatore alla Rassegna Scientifica di BergamoScienza.
Nel 2013 espone i suoi studi sull'nterazione materno-fetale nella Sessione Speciale dell' XI Congresso Mondiale di Medicina Perinatale a Mosca con la relazione "Intrauterine Imprinting"


EnglishDoctor Quirino Zangrilli was born in Fiuggi in 1955. Graduated with honours in Medicine and Surgery in 1980, he practices Psychoanalysis, with intensive method, since 1982.
He is author of 61 scientific pubblications.
He has attended as speaker or president of session to many national and international scientific Conventions.
His book "La vita:involucro vuoto" (Life: empty involucre), published by Borla in 1993, has been in use by the Chair of Dynamic Psychology at Turin's University since 1994.
He is the author and founder of the multimedia review "Psicoanalisi e Scienza" (Psychoanalysis and Science), the most read Italian on line review of psychoanalysis.
He is member of the "Società Italiana di Omeopatia e Medicina Integrata" (Italian Society of Homeopathy and Integrated Medicine).
In 2012 he participated as a Speaker at the Scientific Festival of BergamoScienza.
In 2013 he illustrated his research on the maternal-fetal interaction in the Special Session of the XI World Congress of Perinatal Medicine in Moscow with his relation "Intrauterine Imprinting"


FrançaisLe Docteur Quirino Zangrilli naît à Fiuggi en 1955. Lauréat avec les félicitations du Jury en Médecine et chirurgie en 1980, il exerce la Psychanalyse d'une façon intensive à partir de 1982.
Il est auteur de 61 publications scientifiques. Il a participé en qualité de Rapporteur ou de président de sessions à de nombreux Congrès scientifiques, nationaux et internationaux.
on livre « La vie : enveloppe vide » publié par la Maison d'Edition Borla en 1993 a été « adopté » en 1994 par la Chaire de Psychologie dynamique de l'Université de Turin.
En 1994 il reçut le « Prix National Ciociaria pour la Médecine ».
Il est le créateur et fondateur de la revue multimedia «Psychanalyse et Science » la plus populaire parmi les revues de psychanalyse « on line » au monde en langue italienne (Source : Alexa, Google, Virgilio, Arianna., etc.).
Au cours de l'année 2001, il a complété sa formation en Homéopathie. Il est membre de la Société Italienne d'Homéopathie et de Médecine intégrée.


Il Sito web dell'Autore

Il Curriculum esteso dell'Autore

direttore@psicoanalisi.it





Torna sú ↑
  • Articoli tradotti

    Go to the English versionVoyez la version françaiseПерейти к русской версииGerman
  • Iscriviti alla Newsletter

    * = campo richiesto!

    powered by MailChimp!
  • Scrivi al direttore

    Il tuo nome (richiesto)

    La tua email (richiesto)

    Oggetto

    Il tuo messaggio


    Ho letto l'informativa e autorizzo il trattamento dei miei dati personali per le finalità ivi indicate.

  • Psicoanalisi e Scienza: Fan Page

  • Aforismi di Freud: Fan Page

  • Google Plus

  • Bergamo Scienza | 18-10-2012

  • Articoli Recenti